Randonner seul ou seule : nos 10 conseils

Randonner seul : nos conseils

Avez-vous laissé votre peur de la randonnée en solitaire vous retenir à l’intérieur ? Conquérez ces peurs lors de votre première randonnée en solo grâce à nos conseils pour rester en sécurité et vous sentir en confiance !

Vous vous sentez d’attaque à faire de la randonnée… mais personne autour de vous ne se sent motivé ? Petit à petit, vous sentez que votre peur d’affronter une rando seul vous retient ?

On peut tout à fait comprendre !

Néanmoins, on vous partage ce petit témoignage de Martha, qui écrit pour NatureChaussures, et qu’on vous conseille de lire :

“En 2014, après la fin d’une relation à long terme, j’ai décidé que je ne voulais pas attendre quelqu’un pour sortir et découvrir le plein air. J’ai donc sauté dans ma voiture, j’ai entrepris un voyage jusque dans le Mercantour, et je me suis lancée dans ma toute première randonnée en solo. Cela s’est avéré être une expérience incroyable et enrichissante. Lorsque je suis rentrée dans ma voiture, à la fin de la randonnée, j’ai fondu en larmes de joie après avoir découvert que j’étais assez forte pour faire de la randonnée toute seule. Ce moment a vraiment changé ma vie.”

La randonnée en solitaire peut être intimidante au début. 

Apprendre les bases de la randonnée, en connaissant les vêtements à porter ou les affaires et le matériel à emporter, est parfois un obstacle suffisant pour partir en randonnée. 

Cependant, les avantages de la randonnée en solitaire l’emportent vraiment sur ces obstacles initiaux. 

Si vous souhaitez participer à votre premier périple en solitaire mais que vous avez certaines craintes, cet article de blog vous aidera à trouver le courage, à vous éviter de vous perdre et à acquérir les connaissances dont vous avez besoin pour randonner en solitaire en toute confiance.

Rappel important : Que vous partiez sur les sentiers en solo ou avec des amis, respectez l’éthique des chemins de rando et n’oubliez pas de ne laisser aucune trace. 

Cela signifie que vous devez emporter tous vos déchets (y compris le papier toilette !), respecter les autres sur les sentiers fréquentés et suivre les règles établies.


La première randonnée en solitaire de Martha


Randonneuse seule face a un paysage

“Je suis allée dans le Mercantour parce que je voulais faire de la randonnée dans ce coin depuis des années. Je n’avais jamais fait de randonnée seule auparavant, alors j’ai pensé qu’une randonnée bien connue et située dans un parc national serait un bon moyen de briser la glace. 

J’admets que j’étais nerveuse sur le chemin du parc, mais je me disais qu’il y a des tonnes de filles qui font le tour du monde seules. Donc, je pouvais certainement gérer une randonnée de ce type en solitaire.

Lorsque je suis arrivée au point de départ du sentier, il était 11 h 30 et il faisait une chaleur torride de 37°C. 

Peu après que je me sois mise en route, le chemin a pris un virage serré surplombant un ravin. Le sol était glissant et j’ai failli perdre pied à plusieurs reprises. J’ai commencé à me poser des questions, et des dizaines de scénarios catastrophes ont commencé à se bousculer dans ma tête… 

Aurais-je dû porter de meilleures chaussures de randonnée ? Allais-je manquer d’eau ? Et s’il y avait des gens bizarres par ici …?

J’ai pris sur moi, respiré un grand coup, et j’ai décidé de continuer mon chemin sur le sentier !

A mesure que j’atteignais le lac de Roquebillère, premier checkpoint de ma rando, j’ai été heureuse de constater que le chemin de rando s’était aplani. 

J’avais fait de la randonnée dans de nombreux endroits du sud de la France, mais celui-ci était particulièrement beau. Plus j’avançais dans ma randonnée, plus ma confiance augmentait. 

C’était presque comme si une force que je n’avais jamais expérimentée s’était emparée de moi. L’adrénaline montait en flèche et cet après-midi-là, j’avais l’impression que rien ne pouvait me retenir ! 

Pour couronner le tout, je n’aurais pas pu choisir une meilleure randonnée. Les paysages étaient simplement magnifiques, et le temps au rendez-vous. 

Lorsque je suis arrivée à mon point d’arrêt, j’ai pris le temps de jouer avec mon nouvel appareil photo, de me baigner et de savourer le moment magique que je vivais.

A lire également : Ces 5 raisons étonnantes pour lesquelles vous devriez randonner

Ce que j’ai appris de la randonnée en solitaire

“Au cours de ma première expérience de randonnée en solitaire, j’ai eu plusieurs révélations. 

La première est que toutes les personnes que j’ai croisées sur le sentier étaient très amicales. En fait, les autres randonneurs m’ont proposé de me prendre en photo, m’ont demandé si j’avais besoin d’une collation et étaient généralement intéressés à savoir d’où je venais. 

Et ces “fous” dont j’avais peur ? Eh bien, je n’en ai pas rencontré cette fois-ci ! Cela ne veut pas dire qu’ils n’existent pas, mais en choisissant judicieusement votre parcours et en utilisant votre intelligence, vous pouvez éviter de faire des rencontres indésirables.

Deuxièmement, lorsque vous êtes seul, vous ne devez compter que sur vous-même. Il n’y a personne pour vous aider à traverser un cours d’eau ou pour vous encourager lorsque les choses se compliquent. 

Pour moi, cela a créé une nouvelle force mentale et une confiance en moi que je n’avais pas auparavant.

Randonneur seul en montagne

J’ai vraiment appris à me faire confiance. Enfin, lorsque vous randonnez seul, vous êtes aux commandes. Vous pouvez marcher à votre propre rythme et vous arrêter pour prendre des photos aussi souvent que vous le souhaitez. 

Il y a quelque chose de libérateur dans le fait de ne pas avoir à se préoccuper de quelqu’un d’autre ou à se déplacer au rythme d’autres randonneurs ! »


Nos 10 conseils pour votre première randonnée en solitaire


Si vous envisagez d’entreprendre votre première randonnée en solitaire, voici quelques conseils pour rester sain et sauf, et avoir l’esprit tranquille.

1 – Choisissez un sentier balisé, fréquenté et facile

Lorsque vous choisissez un sentier pour votre premier parcours de rando en solitaire, vous devez choisir un chemin bien entretenu où vous ne risquez pas de vous perdre. 

Vous devez également choisir un terrain qui se situe « en dessous de votre niveau », c’est-à-dire un terrain et des conditions qui correspondent à vos capacités. Pour votre première rando en solitaire, pas question de prendre des risques ! 

Si cela vous rassure, vous pouvez même choisir un sentier que vous avez déjà emprunté ou un chemin proche de chez vous pour vous familiariser avec lui. Pour plus de sécurité, évitez les sentiers où l’on traverse une rivière ou qui sont très exposés sur une crête, et n’oubliez pas votre sifflet de randonnée. 

A lire : Le sifflet de survie, indispensable pour votre sécurité en randonnée

2 – Dites toujours à quelqu’un où vous allez

Avant de partir en randonnée, envoyez à un ami ou à un membre de votre famille une description très précise de l’itinéraire que vous allez emprunter. 

Dites-lui combien de temps vous comptez rester dehors et appelez-le lorsque vous serez de retour à la civilisation. 

Si jamais il devait vous arriver quoi que ce soit, vous serez sûr que les secours auront toutes les informations nécessaires pour venir vous prêter main forte. 

En plus, cela vous permettra d’avancer l’esprit léger !

3 – Connaissez vos limites

Randonneur seul au sommet d'une montagne

Allez-y, lancez-vous des défis, mais ne tentez pas un marathon pour votre premier parcours de marche en solo dans la nature. En effet, des erreurs sont souvent commises lorsque vous êtes trop fatigué. 

Ainsi, il n’est pas nécessaire de vous pousser au-delà de votre niveau de confort ou de vos capacités. Vous pouvez toujours vous mettre au défi sans repousser les limites : parfois, se déplacer lentement est plus stimulant car cela demande plus de contrôle.

Si vous ne voulez plus avancer, acceptez d’essayer la prochaine fois ! Sinon, détendez-vous, respirez, regardez le chemin qui s’étend devant vous, et écoutez-vous. 

Ne vous découragez pas si vous devez faire demi-tour avant la « fin » de la randonnée – vous avez déjà fait un grand pas en prenant la décision de faire une randonnée en solo !

4 – Préparez-vous !

Assurez-vous d’avoir suffisamment de nourriture et d’eau pour rester énergique et hydraté. Généralement, mieux vaut prendre plus d’eau que ce que vous pensez être nécessaire.

De même, assurez-vous d’emporter des fournitures de premiers soins, une lampe frontale et une couche supplémentaire de vêtements dans votre sac de randonnée afin d’être prêt au cas où le temps changerait ou si vous deviez rester dehors plus tard que prévu.

Cet article peut vous intéresser : Comment composer son kit de survie de randonnée ?

5 – Vérifiez la météo

Pour votre première randonnée en solo, je vous recommande de partir un jour où le temps est clair. Bien que vous puissiez adorer randonner sous la pluie, celle-ci présente des risques supplémentaires qu’il vaut mieux éviter lorsque l’on commence à randonner seul. 

Alors, avant de partir, pensez toujours à consulter plusieurs applications météo. 

Même si la journée s’annonce claire, prévoyez un imperméable léger et quelques couches de vêtements au cas où le temps changerait inopinément ou si vous deviez sortir plus tard que prévu.

A lire également : Quelles affaires emporter pour une randonnée d’une journée ?

6 – Bannissez les écouteurs 

Randonneur seul aux aurores

Tout le monde aime la bonne musique et il est parfois très agréable de faire une randonnée avec une bande sonore. En revanche, si vous marchez seul sur un sentier de randonnée, laissez vos écouteurs dans votre voiture ! 

En effet, il est préférable d’être plus attentif à ce qui vous entoure – animaux, randonneurs, changement de temps. 

Parce qu’on ne sait jamais (comme dirait Christophe Maé), on vous suggère d’écouter au maximum les sons de la nature. 

Ainsi, si le tonnerre gronde, si des randonneurs arrivent rapidement derrière vous ou si des animaux bruissent dans les buissons, vous ne serez pas effrayé. 

Si vous choisissez de randonner tout de même avec des écouteurs, veillez à baisser le volume et à laisser un seul écouteur en marche, afin de pouvoir entendre ce qui se passe autour de vous.

7 – Connaissez la faune locale

En parlant d’animaux sauvages, il est important, lorsque vous randonnez seul, de connaître la faune locale et de savoir comment réagir en cas de rencontre avec un animal. 

Dans les Pyrénées, par exemple, les randonneurs solitaires tranquilles peuvent s’approcher accidentellement d’un ours, le surprendre et le mettre sur la défensive. 

Dans certains pays dotés de faune dangereuse, il est recommandé de ne randonner qu’en groupe et de faire beaucoup de bruit pour ne pas surprendre les serpents, les loups ou encore les ours. 

De ce fait, nous vous recommandons de vous renseigner sur la faune locale avant de partir, afin de savoir à quoi vous attendre.

8 – Restez sur le sentier de randonnée sur lequel vous vous aventurez

Emportez une carte IGN comprenant le chemin de rando de votre choix, et restez toujours sur ce chemin, surtout si vous faites une randonnée en solitaire. 

Même si vous avez une appli GPS ou une carte sur votre téléphone, nous vous recommandons toujours d’emporter une carte papier au cas où votre téléphone s’éteindrait ou si vous veniez à perdre votre réseau téléphonique. 

Surveillez les balises sur votre itinéraire et prenez des photos des embranchements pour vous aider à vous souvenir de la direction que vous avez prise lorsque vous revenez sur vos pas.

9 – Ayez confiance en votre instinct

Randonneuse qui prend une photo

Vous pensez qu’il est trop tard pour continuer ? Faites demi-tour. Vous vous sentez nerveux face à un type qui vous regarde bizarrement ? Mettez-vous sur la défensive. 

La randonnée en solitaire n’est pas faite pour prendre des risques. Faites TOUJOURS confiance à votre capacité de discernement.

Lorsque quelque chose ne vous dit rien qui vaille, vous avez probablement raison !

De plus, vous êtes là pour vous détendre, ou peut-être pour faire de l’exercice !

10 – Commencez doucement, et faites-vous confiance

Si vous n’avez jamais fait de randonnée seul, commencez petit. Partez sur un sentier assez court (1 à 2 heures) et gagnez peu à peu en confiance pour un itinéraire d’une journée plus longue. 

Vous pouvez même faire demi-tour après une heure de marche, puis allez un peu plus loin la prochaine fois. C’est comme vous le sentez !

On espère que ces conseils vous auront motivés à partir randonner en solitaire, et auront su calmer vos craintes. 

Vous vous apprêtez à vivre de superbes aventures : bravo à vous pour cette décision !